L’économie sens dessus dessous – Jean-Marc Daniel

On peut parler d’économie avec humour, on peut prendre position sans se prendre au sérieux, on peut tirer quelques leçons du passé pour regarder l’avenir, Jean-Marc Daniel le démontre tous les mardis au Théâtre de Poche Montparnasse, dans un spectacle-conférence ponctué de citations dont la découverte du nom de l’auteur est souvent renversante.

Economie

Jean-Marc Daniel est polytechnicien (époque Montagne Sainte Geneviève), ancien du ministère de l’économie et des finances (époque Rivoli). Il est prof à l’ESCP, chroniqueur sur BFM-TV et dans les Echos. J’ai la chance de l’entendre régulièrement chroniquer avec une langue acérée et un humour caustique les livres d’économie sortis le mois précédent. Soyons clair, son credo (que je partage), c’est que moins l’état s’occupe des choses, mieux elles se portent.

Tous les mardi et mercredi soirs, il est au Poche Montparnasse. Le mardi pour une conférence générale sur l’économie, le mercredi pour explorer un thème particulier.

Jean-Marc Daniel est un homme passionné, convaincu, punchy. Alors il balance, avec humour. Le nom original du collecteur d’impôts ? L’imposteur. Pourquoi Junon reçut le surnom de Moneta (qui connaît l’avenir) pour avoir prévenu les romains d’un tremblement de terre, et comme les premières monnaies furent frappées dans son temple… Le contexte est posé.

Un banquier central ? L’oracle moderne, il semble qu’Alan Greenspan a déclaré « Si vous comprenez ce que je dis, c’est que je me suis mal exprimé », et quand à la corrélation entre le MUI (Men’s Underwear Index, indice des ventes de slips) et la croissance… j’avoue que je vais personnellement un peu plus loin dans l’analyse de la tension du slip, depuis 1993 et le « je sens un frémissement de la croissance » d’un de mes anciens patrons.

On va parler de l’incohérence des politiques monétaires, de la Grèce, dont les exportations seraient favorisées par une dévaluation et une dette exprimée en Drachmes, mais y a-t-il vraiment une tension sur l’huile d’olive, principale production du pays ?

On va parler de la différence entre invention et innovation, l’un est un apport purement technique (la 4G vs la 3G, par exemple), l’autre change la vie des individus (une salle de bain, c’est de la physique du XVIIème siècle, mais une innovation des années 1950).

On va parler du Père Noël comme le dernier communiste, d’ailleurs il vous donne ce dont vous n’avez pas besoin, et comment un marché s’est créé sur Le Bon Coin, où on peut vendre à l’avance le cadeau qu’on va recevoir, et se garantir contre le fait que finalement on ne le recevrait pas.

Et la SNCF ? Ah… la SNCF. Elle est au cœur de beaucoup de choses, c’est un exemple… mais pour savoir lequel, là vous irez au théâtre de Poche, je surfe que sur l’anecdotique pour vous donner envie.

Une série d’arguments, pour aboutir au fait que nous ne sommes pas dans une crise, mais dans une mutation, qu’il va falloir nous habituer au fait que l’inflation en reviendra pas, que la vie s’organisera au niveau de l’individu, dans un monde où le gouvernement le plus efficace sera celui qui en fera le moins possible.

Au Théâtre de Poche Montparnasse le mardi à 20h30, jusqu’au 16 janvier 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s