Star Wars VIII – The Last Jedi

« Alors, tu l’as vu ? » Ben oui, le jour de sa sortie, comme tous les Star Wars et tous les James Bond. « Et alors ? » Et alors ? J’ai aimé. Le film, et le message du film.

Je ne vais pas spoiler les surprises, les références, la fin (si, quand même… elle ouvre la porte à un Star Wars IX). Il y a des superbes combats, Luke (ah… Luke), Leia, Rey (woaw, Rey), Finn, Poe, Kylo Ren. Il y a un grand ancien qui pointe le bout de son nez. Il y a de l’humour, du spectacle, des combats au sabre et dans l’espace, la résistance en prend plein la gueule. C’est un Star Wars, un très bon Star Wars. C’est vrai je suis partial. Il y a un Star Wars inutile, c’est le I. Et bien sûr le film ouvre sur « A long time ago, in a galaxy far far away… »

Sur l’affiche figure une nouvelle tête, c’est Rose, je vous laisse l’admirer. Et Snoke ? Dans son peignoir doré avec son armée de gardes rouges, il fait un peu Michel Serrault dans la Cage aux Folles, il fallait bien que je trouve une fausse note, la voilà.

The Last Jedi m’a surtout touché par son message. Son message ? Oui. J’admets, un film, c’est aussi une auberge espagnole, on y trouve ce qu’on y cherche, j’y ai trouvé un message à destination des religieux et des intégristes de tous bords.

Ce message tourne autour de Luke.

Luke qui va faire prendre conscience à Rey de la nature de la Force, de ce qu’est la Force. J’ai été attentif, qui suis persuadé que chaque particule élémentaire, chaque atome, le moindre petit caillou, bourgeon est porteur d’une conscience élémentaire, qu’il a conscience des autres consciences qui l’environnent. Si vous me poussez, je vous dirais que je crois fondamentalement que la conscience est une propriété intrinsèque et non une propriété émergente, une propriété intrinsèque comme la charge électrique, le spin, la masse, et non une propriété émergente comme la température, la vie ou l’intelligence.

Des Jedi, il reste le temple fondamental (un arbre), les livres fondateurs. « It’s time for the Jedi to end », Luke prononce cette phrase dans la bande annonce. Il le pense vraiment.

Luke doute. Tire les leçons de l’hubris des Jedi, de leurs échecs. De leur échec. Qu’en devenant une « religion », ils en ont oublié le message fondamental, le rite était devenu plus important que la foi. De cet échec, la leçon tirer il faut.

Les combats contre nos ennemis ne comptent pas. Les combats qui comptent, ce sont ceux qu’on mène pour sauver nos amis.

J’aime le film. J’adhère fondamentalement au message (ou j’y trouve un message auquel j’adhère fondamentalement). Alors forcément, allez le voir, et « Que la force… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s