Que du bonheur (avec vos capteurs)

Que du bonheur (avec vos capteurs) au Rond Point : un zeste de mentalisme, un doigt de prestidigitation, assaisonnés à la technologie, pour explorer l’espace où la science est encore nouvelle pour paraître magique. Un petit moment de bonheur.

Les spectateurs s’installent, dans la salle, quelques uns sur la scène. On y voit deux tables, des boites, un jeu de cartes, un écran. Près de l’entrée, un homme en noir debout, il observe. On attend. Longtemps. La salle reste éclairée. L’homme en noir entre en scène, s’adresse à une spectatrice. – Vous venez me rejoindre ? – Non. – Ça commence bien !

Mi conférencier – mi magicien, Thierry Collet va nous emmener dans un voyage à cet endroit où la technologie et la magie se rencontrent, où les avancées de la science ont encore l’apparence de la magie. Il revient de Las Vegas, il a enchaîné Magic Life et Defcon, un salon de magie, un salon de hackers, vu ce que les uns pouvaient apporter aux autres, l’a intégré.

Thierry Collet n’est pas de ces magiciens qui cherchent à bluffer leur public, avec le tour le plus nouveau, le plus spectaculaire. Tour de carte, mentalisme, divination, il n’y a pas d’effets de manche, de flashs lumineux ou de musique assourdissante, tout est dans la mise en scène, dans le ton.

Il utilise la technologie, la manipule, pour raconter une histoire qui a du sens, qui se tient du début à la fin du spectacle. Il dialogue avec Dai Vernon, un magicien décédé incarné par un chatbot, en glisse au passage que le magicien en question a toujours son siège au Magic Castle, et qu’on vient toujours lui présenter des tours. Quand il trouvera imprimé dans une enveloppe un mot choisi au hasard par une spectatrice dans un livre invisible qu’elle a choisi dans une bibliothèque virtuelle, la salle hypnotisée trouve ça presque normal.

Le spectacle est si fluide qu’on en oublie qu’il y a un truc, si savoureux que la question du Comment il a fait ça ? est devenue accessoire. Et comme il est sympa, il donne au public une liste d’Apps avec lesquelles jouer un peu.

J’ai eu la chance d’être le partenaire involontaire de son dernier tour, ce qui a permis à plusieurs personnes voisines de me considérer d’un air méfiant, je les ai assurées de la vérité, je n’étais ni préparé ni complice, je ne suis pas sûr qu’elles m’aient cru.

Le titre du spectacle lui va comme un gant, c’est effectivement un petit moment de bonheur.

Au Théâtre du Rond Point jusqu’au 6 novembre 2021
Du mardi au samedi. 19/10-23/10 : 20h30 / 26/10-06/11 : 19h00
Dates de tournée sur le site de la compagnie

Conception et interprétation : Thierry Collet,
Mise en scène : Cédric Orain,
Assistanat à la création et interprétation : Marc Rigaud

Photo :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.