Les Ecchymoses Invisibles

Les Ecchymoses Invisibles témoigne de la vie d’une femme qui a trouvé une voie de sortie après 24 ans de relation toxique avec un mari obsessionnel et manipulateur.

Sur la scène, un guéridon, avec de nombreuses bouteilles de whisky, une maquette de triplan doré. Un canapé, une table basse, avec un paquet de cigarettes, des livres, une maquette de concorde doré. Une chaise. Une table.

Corinne est là, dans la pénombre, pour un très long monologue d’exposition. Voilà Michel, son mari. Ils attendent Fabien, un ami de Michel, et sa compagne. Michel va lui montrer sa nouvelle trouvaille, un Grumman F4F Wildcat. Michel savoure son whisky de 40 ans d’age, pour Fabien on servira du JB, ça lui apprendra à n’apporter qu’une bouteille de bière. Mais Corinne n’a rien préparé, elle n’est pas habillée. Ce soir, après 24 ans, elle va affronter Michel, la colère de Michel. On va revisiter leur rencontre, leur lune de miel, les blessures d’enfance de Michel, entendre Michel(e), chanter, danser.

J’étais curieux de découvrir cette pièce, deux ans après Exit qui m’avait vraiment séduit. Je suis sorti avec un avis écartelé.

J’ai totalement cru en Michel. Eric Moscardo donne parfaitement cet homme obsessionnel, colérique, maniaque, ce tyran domestique et manipulateur qui, quand il ne dénigre pas l’autre, tombe dans l’apitoiement sur soi même. Le rôle est bien écrit, joué très juste.

J’ai plus de mal avec Corinne. De façon générale, j’ai du mal avec les monologues d’exposition, s’il y a besoin d’expliquer une situation, c’est qu’elle est bancale. Là, je l’ai trouvé trop long, larmoyant, avec des incohérences. De façon générale, j’ai trouvé la langue de Corinne trop littéraire, trop écrite, quand on sort ses tripes, on n’utilise pas ces mots là.

La nuit passée dessus, il y a de la réalité, là dedans. L’un est séduisant, gargantuesque, vaudevillesque. L’autre est effacée, irritante, on a envie de ne pas l’écouter. Pourtant c’est elle qui souffre, c’est elle qui mérite l’attention. Si on lui tend la main, jusqu’à quand doit-on s’en occuper ? Si on l’ignore et que ça se finit mal, de quoi est-on responsable ? Est-ce qu’il y a des cicatrices dans tous les couples introverti/extraverti ? Si je me demande si Dominique frappe Claude, que faire ? Le débat m’a manqué.

Les Ecchymoses Invisibles est un témoignage, le témoignage de l’histoire vraie d’une femme qui a trouvé une voie de sortie.

Au Théo Théâtre jusqu’au 19 décembre 2019
Jeudi : 19h00

Texte et mise en scène : Djamel Saïbi
Avec : Eric Moscardo, Emma Dubois

Une pièce éligible aux P’tits Molières 2020

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.