La Campagne – Théâtre du Rond Point

La Campagne au Théâtre du Rond Point : au delà du triangle amoureux, Martin Crimp installe une atmosphère énigmatique, soulignée par la mise en scène de Sylvain Maurice, dont le spectateur cherchera avec plaisir la clé.

Sur la scène, sous deux luminaires industriels, une longue table au look nordique. Une chaise, un téléphone. Qu’est-ce que tu fais ? Je découpe…

Richard et Corinne, couple avec deux enfants, a quitté la ville pour s’installer à la campagne, il est médecin. Un soir, il ramène Rebecca, jeune femme inconsciente, inconnue qui gisait sur la route. Il apparaîtra petit à petit que cette jeune femme ne lui était pas inconnue, qu’elle n’est pas étrangère à leur migration, qu’il n’est pas étranger à son inconscience.

Un triangle amoureux ? Pas seulement. Martin Crimp est agile, il installe une ambiguïté dans l’intention profonde de chacun des personnages, il installe une atmosphère et laisse le spectateur creuser les ressorts de l’énigme. Sylvain Maurice, qui signe la mise en scène et la scénographie, souligne ces incertitudes. Il joue avec ses acteurs, avec la lumière, avec une musique toujours présente en fond très lointain. Le paysage s’installe comme un quatrième personnage, une sorte d’ogre qui dévorerait autant les couples que les individus, je m’interroge encore, est-ce qu’il nous raconte l’histoire, ou est-ce qu’il nous raconte le cauchemar d’un des personnages.

Est-ce l’effet des micros qui soutiennent les voix des acteurs de façon inutile voire gênante ? Le résultat est souvent trop linéaire et manque parfois d’âme. J’ai trouvé le jeu d’Isabelle Carré et Yannick Choirat un peu appliqué, un peu trop convenu. J’ai été beaucoup plus convaincu par Manon Clavel, dont on ressent le plaisir provoquant à donner une Rebecca animale et manipulatrice.

Un texte agile et malin, un parti pris de mise en scène imaginatif, un spectre large de distribution. La Campagne est une pièce mainstream, on la voit avec plaisir.

Ce que j’ai vu
ce que j’en ai pensé
Texte ? Jeu ? MES ? Scénographie/musique/lumière ?
Tête / Coeur / Tripes / Sexe ?
Est-ce que ça m’a fait réfléchir et à quoi ?

Au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 22 janvier 2023
Du mardi au samedi : 21h00; Dimanche : 15h00 ou 18h30

Texte : Martin Crimp – traduction Philippe Djian
Avec : Isabelle Carré, Yannick Choirat, Manon Clavel
Mise en scène : Sylvain Maurice

Visuel : Stéphane Trapier

Une réflexion sur “La Campagne – Théâtre du Rond Point

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.