L’Augmentation au Théâtre 14 : une interprétation jubilatoire du texte de Georges Perec

L’Augmentation au Théâtre 14 : Olivier Dutilloy et Anne Girouard pétillent, mis en scène par Anne-Laure Liégeois, ils transcendent dans une interprétation jubilatoire et humaine le texte de Georges Perec

Sur la scène, une table de bureau, de celles qu’on trouvent alignées dans toutes les salles de réunion, deux chaises à roulettes. Un homme, une femme sont assis, mains posées sur la table, dans un silence très sérieux. Vous avez mûrement réfléchi, vous avez pris votre décision…

Comment demander une augmentation ? Il faut s’en donner le courage, aller voir son chef de service, s’il est là, ou attendre dans le bureau voisin, si son occupante est de bonne humeur…. Le texte de Georges Perec explore le graphe des hypothèses, aboutissant à une suite de séquences qui déroule toutes les possibilités. Ce qui pourrait n’être qu’une suite indigeste de moments presque identiques devient jubilatoire quand il y ajoute l’humanité et le temps qui passe.

Voilà donc un employé qui prend son courage à deux mains pour aller demander une augmentation. Dans le bureau voisin de son chef de service, mademoiselle Yolande deviendra madame Yolande, puis elle prendra sa retraite, remplacée par mademoiselle Hermeline. Le temps passe, l’entreprise grandit, l’employé demande.

Ce qui au départ était le pur respect d’une contrainte Oulipienne prend alors tout son sel. Il y a un zeste de Kafka dans cet homme face aux rouages d’une administration qui ne sait pas lui répondre. Une touche de Beckett dans l’absurde de la situation, une situation qui n’a pas vieilli, les arguments pour repousser la demande sont toujours les mêmes, et la réponse finit par une médaille, il la fêtera, se retrouvant à devoir demander… une augmentation.

Et une profonde humanité. C’est tellement humain d’explorer le graphe des possibles, que vous ayez quatorze ans et envisagiez d’aborder l’objet de votre flamme, que vous en ayez quarante et espérez ce poste qui se libère, que vous vouliez demander une augmentation. Va le voir… et s’il n’est pas là ? Tu attends… s’il n’arrive pas ? Tu vas discuter avec son assistante…

Olivier Dutilloy et Anne Girouard, mis en scène par Anne-Laure Liégeois, transcendent le texte de Georges Perec. Aux variations de situation et de vocabulaire voulues par Perec, ils apportent la variation du rythme, leur interprétation millimétrée fait si bien sentir l’espoir éternel de l’employé Sisyphe face à l’administration de l’entreprise, il revient sans cesse, espère toujours, n’y croit jamais vraiment. Ils sont pétillants, jouissifs, et le spectateur rit, bien sûr, d’un rire noir, d’un rire jaune, d’un rire qui lui donne à réfléchir. Il rit du début à la fin, et sort enthousiaste.

J’ai savouré avec bonheur le texte profondément humain, l’interprétation jubilatoire, le beau moment de théâtre.

Au Théâtre 14 jusqu’au 21 janvier 2023
Mardi, mercredi, vendredi : 20h00; jeudi : 19h00; samedi : 16h00

Texte : Georges Perec
Avec : Olivier Dutilloy, Anne Girouard
Mise en scène : Anne-Laure Liégeois

Visuel : Christophe Raynaud de Lage

2 réflexions sur “L’Augmentation au Théâtre 14 : une interprétation jubilatoire du texte de Georges Perec

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.