The Wine Lady – Les Déchargeurs

The Wine Lady aux Déchargeurs : entre spectacle et dégustation, Noélie Morizot raconte la place du vin dans sa vie de trentenaire. Un format original, qui se laisse déguster, une rencontre sympathique, qu’on aimerait approfondir.

Tout autour de la scène, des bouteilles, vides, debout. Sur la scène, couchée sur une table, une femme, endormie, qui grogne, de cs grognements de lendemain de fête un peu trop arrosée. Elle se lève. Attrape une bouteille. Pleine ? C’est incroyable ! C’est pas mauvais… Ça se goûte… A 30 ans, on commence à savoir ce qu’on aime, et ce qu’on aime pas. En matière d’amour et en matière de boisson…

Nous voilà partis dans la vie de Noélie Morizot. L’anniversaire de ses trente ans, chacun est défini par la bouteille qu’il apporte. Son enfance, une famille de viticulteurs, en septembre, on vendange. Un enterrement. Une expatriation. Une plongée historiques vers les veuves qui ont fait le champagne, il n’y a pas que la Clicquot. Une autre vers les femmes qui font prennent la tête des domaines et exploitations.

Une vie marquée par le vin, à chaque étape est associée un flacon, et ça tombe bien un flacon est là, qu’elle ouvre, nous propose de partager au moyen du verre distribué avant que la pièce commence. Avec un passage rapide dans les mots du vin, des mots empreints de sensualité, l’amour n’est jamais loin.

C’est un spectacle convivial, qui se laisse déguster. Un spectacle qui, comme le vin, a besoin de temps pour s’épanouir. Le temps de la représentation, je l’ai trouvée dense, trop courte. Le temps du mûrissement, on sent que dans la vie de cette femme de 30 ans, il y a eu des histoires d’amours, elles sont là, on les évoque, on aimerait savoir.

Je suis sorti un peu gai, l’effet du vin, bien sûr, et la tranquille assurance qu’en vin, en amour… il faut goûter à tout pour savoir ce qu’on trouve bon… sans jamais avoir la certitude qu’on a trouvé le meilleur.

Comme un bon vin, le spectacle a besoin de mûrir, de trouver le bon rythme pour se laisser savourer tranquillement. C’est une belle rencontre que ces quatre verres partagés un soir de dégustation, ils donnent envie d’en savoir plus, de se concentrer sur un flacon, sur l’histoire des amours impossibles, un autre soir, au coin d’une cheminée. Le prochain spectacle ?

Aux Déchargeurs jusqu’au 18 décembre 2022
Samedi – dimanche : 21h15

Texte : Augustin Roy, Noélie Morizot
Avec : Noélie Morizot
Mise en scène : Augustin Roy

Visuel : Gauthier Thypa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.