Mais n’te promène donc pas toute nue – Poche Montparnasse

Mais n’te promène donc pas toute nue – Poche Montparnasse : une version sympathique du vaudeville en un acte de Feydeau, précédée de la découverte de trois monologues servis par une solide distribution.

Sur la scène, trois chaises de bar, alignées, pour Manuel Le Lièvre, Dominique Parent et Léonard Bertrand qui viennent donner trois monologues de Feydeau, L’homme intègre, Un monsieur qui n’aime pas les monologues, Les célèbres. Nous voilà ensuite dans le salon du député Ventroux où Victor, le valet, remet les rideaux en place pendant qu’en coulisse Monsieur Ventroux s’emporte contre la propension de Madame à se montrer en chemise, de jour ou de nuit, devant son fils, les domestiques, à la fenêtre…

La situation va empirer, empirer quand arriveront Monsieur Hochepaix, opposant politique du député Ventroux et maire d’une commune de sa circonscription, ou le journaliste de Jairval, confondu avec un médecin, le tout sous le regard amusé de Georges Clémenceau depuis l’appartement d’en face.

Mais n’te promène donc pas toute nue est une de ces pièces en un acte qui concentrent l’art du vaudeville de Feydeau, tout se joue à toute vitesse, avec une précision diabolique, et quand la mayonnaise prend, le spectateur est emporté dans un tourbillon d’actions et de rires qui le laissent pantois.

Avec le calme et la sérénité des vieilles troupes, Manuel Le Lièvre, Dominique Parent et Léonard Bertrand forment un trio infernal qui tisse de son expérience la toile sur laquelle danse, ingénue presque trop sophistiquée, Marie Torreton en Madame Ventroux.

J’ai d’abord découvert les monologues. Feydeau, ça pétille, ça part dans tous les sens, c’est une marqueterie réglée au micron près. Avec curiosité, Les gens sont bêtes… et puis Manuel Le Lièvre, qui récemment achetait des pots de chambre à l’Atelier, m’a embarqué, Vous n’avez jamais vu d’idiot ? La magie a opéré, j’ai savouré.

Il arrive souvent que les pièces en un acte de Feydeau soient jouées par deux, par trois. Anne-Marie Etienne a eu une excellente idée en y adjoignant ces monologues.

Ca restera mon regret. J’aurais bien repris un petit monologue. Ou deux, on avait le temps.

Au Poche Montparnasse à partir du 12/04/22
Du mardi au samedi : 21h00 – Dimanche : 15h00

Texte : Georges Feydeau
Avec : Manuel Le Lièvre, Marie Torreton, Dominique Parent, Léonard Bertrand
Mise en scène : Anne-Marie Etienne

2 réflexions sur “Mais n’te promène donc pas toute nue – Poche Montparnasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.