On purge Bébé

On purge Bébé au Théâtre de l’Atelier : Émeline Bayart donne une version épatante de ce vaudeville satirique, rythmée de quelques chansons d’époque. Un beau moment de théâtre, à savourer au moment où nous retrouvons le chemin des salles.

Sur la scène, un appartement bourgeois du début du XXe siècle, un bureau, une chaise, un canapé recouvert de velours. A Cour, un piano. Au fond de la scène, par la fenêtre, on aperçoit la Tour Eiffel. Le rideau ne se lève pas, Émeline Bayart est en scène, commence à chanter La Tour Eiffel, chanson grivoise dans laquelle aucun monument érigé, fut-ce dans l’intimité, ne soutient la comparaison avec la tour de métal.

Voilà Monsieur Follavoine en scène, qui cherche dans le dictionnaire, à la lettre Z, où sont les Hébrides. Puis Madame Follavoine, les bas en tire bouchon sur les chevilles, un seau d’eaux sales à la main. Bébé est constipé ce matin, et ne veut pas se purger. Monsieur n’a qu’une idée en tête : Monsieur Chouilloux, responsable des marchés de l’armée, vient déjeuner, le marché des pots de chambre est à sa portée. Pour Madame, rien n’aura d’importance tant que Bébé n’aura pas pris sa purge. C’est un vaudeville, quand Monsieur Chouilloux repartira débraillé, il aura appris son infortune, Monsieur Folavoine aura perdu toute chance de devenir LE fabricant des pots de chambre de l’armée, et Bébé n’aura pas pris sa purge.

Au delà de son aspect scatologique et des jeux de scène autour de la constipation (à ce sujet, si vous ne connaissez pas Constipation Blues de Screamin Jay Hawkins, jetez un oeil sur la version qu’il en a donné avec Gainsbourg) ou de son contraire, Feydeau évoque une fois de plus la place de la femme dans le couple (dans le couple Follavoine autant que dans le couple Chouilloux, c’est la femme qui décide). Il traite aussi de l’importance de l’image qu’on donne de soi, et se moque de la naissance du règne tyrannique de l’enfant roi.

On purge Bébé est une pièce courte, que j’ai souvent vue couplée (voire triplée) à d’autres pièces courtes de Feydeau. Emeline Bayart a fait le choix d’insérer à certains moments clé de des chansons d’époque, interprétées sur scène par les comédiens. Et ça marche ma foi fort bien, pour le plus grand plaisir des spectateurs, sans briser le tempo du jeu des acteurs.

J’ai savouré la pièce, épatante dans tous ses détails. Follavoine ? au delà du texte, le jeu d’Eric Prat, sa coiffure, sa tenue défraichie marquent d’entrée sa position : il est peut-être le maître de maison, un industriel à succès, sa position réelle, dans la vie, est celle d’un second rôle (vous vous souvenez de Jean Carmet dans Le Grand Blond ? cet emploi là, précisément). Chouilloux ? tout le contraire, tiré à quatre épingles, habitué à la lumière et au respect, Manuel Le Lièvre finira tout aussi débraillé que son compère.

Au centre de tout, dans la pièce comme à la mise en scène, il y a Émeline Bayart, qui déploie la magie de ses talents pour séduire le public, malgré (à cause de ?) ses bigoudis, son peignoir informe et ses bas sur les chevilles. Qui, au delà de la symbolique du caca, le laisse s’interroger : plus de cent vingt ans après, est-ce que la femme occupe dans le domaine professionnel la place qu’elle tenait dans le domaine privé ? quid du règne de l’enfant unique ?

Pour conclure, une fois la troupe, une fois salué, nous a offert, en choeur, un dernier cadeau, de ces moments bijoux qui vous prennent par surprise et vous laisse les poils des bras hérissés.

Les théâtres sont ouverts, la vie a repris, On Purge Bébé est un excellent choix pour en retrouver le chemin. N’hésitez pas à prendre le chemin du Théâtre de l’Atelier, excellente soirée garantie/

Au Théâtre de l’Atelier à partir du 3 septembre 2021
Du mardi au samedi : 21h00 – dimanche 17h00

Texte : Georges Feydeau
Avec : Avec Eric Prat, Émeline Bayart, Manuel Le Lièvre, Christophe Canard, Valentine Alaqui, Thomas Ribière, Delphine Lacheteau, et Manuel Peskine au piano
Mise en scène : Émeline Bayart

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.