Liza et moi, histoires de mères et de filles

Liza et moi, histoires de mères et de filles à La Reine Blanche : un regard acéré et tendre sur la relation mère-fille, un spectacle de troupe qui fonctionne, à voir avec le sourire

Sur la scène… deux portants, des micros, quelques chaises. Le son d’un coeur qui bat, comme on les entend pendant les échographies. Une femme sur scène, enceinte. C’est parfait, votre enfant est en pleine forme. Tant mieux. Vous voulez connaître le sexe ? C’est une fille. Il ne manquait plus que ça.

Le ton de la douzaine de tableaux qui va suivre est donné. Liza et moi expose la façon dont fonctionne, dont dysfonctionne, la relation entre les mères et les filles. La mère trop présente qui s’interroge, veut bien faire, protéger, ne comprend pas. La fille se sent enfermée, incomprise. La mère pense que sa fille a encore besoin d’elle, la mère veut tisser un lien, la fille y voit un filet, plus tard la fille sera mère.

(c) Florence Metge : De fil en aiguille

C’est un beau travail de troupe, par une distribution homogène et convaincue qui sert le texte de Sandrine Delsaux, une mise en scène efficace de Sophie Thébault qui gagnerait à resserrer les intertableaux.

On peut bien sûr prendre la pièce au premier degré, s’apitoyer sur le sort de chacune, sortir de la salle en ayant vécu un moment glaçant. Il y a de l’incompréhension, il n’y a pas de posture victimaire, ce qui permet de prendre la pièce au second degré. C’est ce que j’ai fait, j’ai perçu le regard acéré, j’ai souri, avec tendresse, dès le deuxième tableau, c’est un peu du vécu, ri franchement, sans me moquer, en avançant dans leurs moments de vie.

J’ai le sentiment diffus que la partie masculine de la salle a souri dès le début de la représentation, quand sa partie féminine, un peu sur son quant-à-soi au début, riait franchement à l’avant dernier tableau.

Une pièce à prendre avec sourire et tendresse, où les mères et les filles se retrouveront, qu’elles pourront peut-être même aller voir ensemble. Une pièce que tous ceux qui ont dans leur entourage une personne qui est mère et/ou fille verront avec un sourire tendre.

A La Reine Blanche jusqu’au 16 janvier 2022
Mercredi et vendredi : 21h00 – Dimanche : 16h00
Rencontres :
28 novembre : Thierry Delcourt, psychanalyste;
05 décembre : rencontre de l’équipe;
12décembre : Sarah Lécossais, chercheuse;
09 janvier : Mélissa Petit, sociologue

Texte : Sandrine Delsaux
Avec : Sandrine Delsaux, Marthe Drouin, Marie Griffon / Marine Vellet, Cécile Martin, Agnès Pichois, Catherine Piffaretti
Mise en scène : Sophie Thébault

Visuel : Denis Brumaud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.