Cœur Ouvert

Cœur Ouvert à l’Essaïon Théâtre : une soirée orageuse de la vie de l’homme qui a réalisé la première greffe du coeur, une étude de caractères ciselée, magistralement interprétée, à mettre absolument à votre programme

Sur la scéne, un bureau encombré, des piles de livres, des grands livres épais, comme on en voit dans les bibliothèques d’anatomie, il y a besoin de place pour les planches. Un homme entre, c’est Christiaan Barnard. On est en 1967, 18 jours après la première greffe du coeur. Christiaan Barnard a fait la une de tous les journaux du monde, et Louis Washkansky, l’homme greffé, vient de mourir. Ce soir, il entrevoit un donneur pour réaliser la deuxième greffe, il répète l’opération à voix haute, met la pression sur les équipes de l’hôpital. Ce soir, le temps est à l’orage. Dans quatre jours, c’est Noël. Arrive son père, pasteur.

Le temps de l’orage, le temps que la pression baisse, on va assister au dialogue entre deux hommes. Le père et le fils. L’homme de foi et l’homme de science. Deux hommes qui souffrent de ne plus se parler. Deux hommes qui veulent chacun en remontrer à l’autre. Deux hommes qui vont ouvrir leur carapace. Deux hommes qui finiront par retrouver leur complicité, par se retrouver.

Il y a bien sûr toute une partie historique dans Coeur Ouvert. La difficulté d’être l’enfant d’un parent engagé et absent. La mort d’Abraham, son frère, à 4 ans, d’une insuffisance cardiaque. Le rapport au père. L’histoire qui se répète, les engagements du père et du fils sont différents, ils se font aux dépens du noyau familial.

Il y a surtout le dialogue prenant, touchant, prégnant entre ces deux hommes. Ils s’affrontent dans le domaine des idées, ils crèvent d’envie de se retrouver, quand ils y arriveront, leur éducation les forcera à rester pudiques. Ce qu’ils ont eu du mal à se dire, ils ne pourront se le démontrer, se prendre dans les bras, il leur faudra un palliatif.

Je me suis totalement laissé embarquer par cette histoire, au delà du texte, par l’interprétation juste et magistrale de Marc Brunet (et sa voix caverneuse autant qu’apaisante) et Bruno Paviot. Par tous les souvenirs qui en ont profité pour ressurgir, aussi, de passés plus ou moins bien enterrés.

Coeur Ouvert est programmé tout l’automne, mettez absolument la pièce à votre programme.

Au Théâtre Essaïon :
08 septembre – 13 novembre 2021 : mercredi au samedi à 21h15
17 novembre – 29 décembre 2021 : mercredi à 21h15
03 – 15 janvier 2022 : lundi au samedi à 21h15
Et : 23, 30 décembre 2021, 17, 18, 24 et 25 janvier 2022 : 21h15

Texte : Claude Cohen
Avec : Bruno Paviot, Marc Brunet
Adaptation et mise en scène : Yvon Martin


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.