Mauvaise petite fille blonde

Mauvaise Petite Fille Blonde, un texte militant de Pierre Notte, transporté par la magie du jeu d’Antonio Interlandi, qui décode l’immaturité l’une de nos leaders populistes, ne le manquez pas, conseillez-le, son message mérite d’être largement partagé

Une scène vide. Un homme, en jupe de tulle rose, converse rouges. Immobile. 1, 2, 3, il y a une vache, le bitume c’est de l’herbe.

La petite fille se promène avec sa mère, elle regardait en l’air, ses pieds ont buté dans la coupelle de pièces d’une mendiante. Sa mère la gronde, la petite fille ne comprend pas, refuse de ramasser, elle n’y est pour rien si la sans dents a mis sa coupelle au milieu du trottoir. Voilà la gifle, la privation de goûter. La bouderie, la double ration de chocolatine.

La petite fille a une famille, un petit frère. C’est lui qui a mis ses petits pois par terre, mais qui se fait gronder ? La petite fille va à l’école, une école normale, il y a des clans, des enfants d’origines, de couleurs, de religions diverses. Et puis Safira, qui vient de Syrie, qui a de longs cheveux. Sales, forcément.

Mais quand la petite fille a besoin de ciseaux qui coupent bien, prend ceux de sa mère parce que les ciseaux de l’école… et qu’elle s’entaille la main, ce n’est pas sa faute, c’est celle des ciseaux !

Une petite fille normale, une peste logorrhéique dans sa réalité alternative, qui enchaîne jugements de valeur approximatifs et propos définitifs, déteste la différence, manie l’amalgame comme une hache, caricature parfois ses amis, toujours les Autres. Une petite fille qui dans sa logique subit injustice sur injustice, ce que les adultes qui n’y comprennent rien qualifient de bêtises sur bêtises.

La petite fille va avancer en âge, devrait gagner en maturité. Mais non. Son terrain de jeu devient la France, la grande fille blonde devient mauvaise, la cohorte des loups gris avance, le texte corrosif de Pierre Notte se dévoile militant.

Si le texte m’a convaincu, c’est le jeu d’Antonio Interlandi qui m’a embarqué. Il avance sur scène, il est la petite fille, dans chacun de ses mouvements, de ses gestes, de ses mimiques. Avec une débauche d’énergie maitrisée il dit le texte, joue le texte, danse le texte.

J’ai reçu Mauvaise Petite Fille Blonde à trois niveaux. J’ai reçu le texte, bien sûr, dit avec cette voix si particulière, qui ne déparerait pas le personnage de Marc Favreau, j’en ai perçu les nuances, les jeux, les transgressions, les genres sont souvent flous dans le théâtre de Pierre Notte. J’ai reçu le langage du corps, la petite fille prend toute la place, elle est l’agneau qui vient de naître, innocente victime, regardez mes mains. J’ai reçu le langage des yeux, le regard qui laisse par moment apparaitre la manipulatrice, qui vient s’assurer que le message porte, qu’elle en fait assez, qu’elle n’en fait pas trop.

Mauvaise Petite Fille Blonde est un texte militant, un trait dirigé vers un de nos chers leaders populistes, puisse-t-il atteindre sa cible, puisse-t-il contribuer à décoder son comportement et son absence de maturité.

Avignon 2021 : Atypik Théâtre – 18h30
Automne 2021 : Théâtre La Flèche

Texte et mise en scène : Pierre Notte
Avec : Antonio Interlandi

Une réflexion sur “Mauvaise petite fille blonde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.