Je ne suis pas de moi

Au Théâtre du Rond Point, dans un grand feu d’artifice d’aphorismes et de saynètes, Denis Lavant et Samuel Mercer déroulent la vie de Roland Dubillard, adaptée de ses Carnets en marge et mise en scène par Maria Machado et Charlotte Escamez. A savourer jusqu’au 23 juin 2021.

Sur la scène vide, deux hommes sont assis, chacun dans son carré de lumière, l’un est jeune, l’autre ne l’est plus, ils boivent du champagne, ils sont un, ils vont, pour nous, être ce soir, au théâtre, Roland Dubillard, nous emmener dans l’intimité de ses Carnets en marge, de son journal intime, à travers ses doutes, ses obsessions, ses colères, ses angoisses. Un étrange voyage, l’un garde l’enthousiasme de la jeunesse, l’autre devient adulte, souffre, survit. Ils nous emmènent dans les heures de lumière, n’éludent pas les heures sombres ni les démons.

J’ai reçu le spectacle comme on regarde un feu d’artifice, il pétille, éclate, réjouit, interroge. C’est une suite d’allégories, de saynètes, d’idées, d’aphorismes à travers lesquels le jeune Roland Dubillard voit se dérouler sa vie, ils se soutiennent l’un l’autre, s’interrogent, s’énervent. N’éludent pas. Comme deux clowns le feraient, ils jouent leurs émotions, les partagent avec les spectateurs, et les embarquent.

J’ai reçu le spectacle comme un feu d’artifice. On ne raconte pas un feu d’artifice, on se laisse embarquer, on le vit, une fusée succède à l’autre, on le savoure, en repartant on se tourne vers son voisin, on se sourit, on se dit c’était beau, à ceux qui n’y sont pas allés, on dit Tu as vraiment manqué quelque chose.

Certains aphorismes ont besoin d’un instant de digestion, deux instants filent, ce n’est pas grave, on prend le suivant. Denis Lavant et Samuel Mercer m’ont fait rire, ils m’ont touché, m’ont fait réfléchir. Ils sont soutenus par des séquences vidéo qui interrogent, par une bande son parfois cryptique qui vient déranger le spectateur au sens positif du terme, le sortir de l’écoute ébaudie pour lui permettre de recevoir l’émotion qui est au delà des mots.

La salle a longuement applaudi Denis Lavant et Samuel Mercer, rejoints sur scène par Maria Machado et Charlotte Escamez qui signent l’adaptation et la mise en scène, elle a insisté pour les remercier d’un rappel de plus, alors que la salle était déjà rallumée, de nous avoir donné ce feu d’artifice qui est aussi un immense acte d’amour.

Contrairement à un feu d’artifice, Je ne suis pas de moi se joue plusieurs fois, vous avez la possibilité d’y aller, histoire de ne pas l’avoir manqué.

Au théâtre du Rond Point du 10 au 23 juin 2021
du mardi au samedi : 21h00 / dimanche 15h30

Texte : Roland Dubillard
Adaptation et mise en scène : Maria Machado, Charlotte Escamez
Avec : Denis Lavant, Samuel Mercer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.