L’histoire d’une femme

Un grand coup de chapeau à Pierre Notte, Muriel Gaudin, L’histoire d’une femme au Rond Point raconte la vie quotidienne d’une femme qui se dégage du paternalisme et de la misogynie dans laquelle on veut l’enfermer. Surprenant, juste, glaçant.

Sur scène, pas grand chose, une chaise, un mange debout. Muriel Gaudin est dans la salle, avec Pierre Notte (l’auteur de la pièce, qui joue L’effort d’être spectateur juste avant). Ils posent des questions au public sur la place de la femme dans la société, il y a encore des petits bouts du plaisir de la pièce de 18h30 dans la salle). Noir.

C’est l’histoire d’une femme, un homme est passé à vélo, lui a brutalement mis la main aux fesses, elle est tombée. Deux, trois hommes sont là, qui regardent, leur bienveillance ne va pas jusqu’à l’action. On va la suivre, cette femme, dans des moments de sa vie. Entre son frère et son père, avec son (ex) compagnon, un buraliste, un collégien, un vendeur de journaux. Un médecin, aussi. On va la suivre, elle va dessiner un monde misogyne, paternaliste, comme si une femme ne pouvait exister que dans un rôle spécifique, pour, par, à travers un homme.

L’homme en moi reconnaissait des situations, se disait que oui, bien sûr, il a pu dire un truc comme ça, une fois, mais c’est pas grave, c’est juste une fois. Elle me disait que si, c’est grave, parce que pour elle, c’est tout le temps.

On va la suivre dans des endroits bizarre. On va voir son esprit décidé faire peur aux hommes. On va la suivre dans la rue, dans le métro. Là, c’est glaçant.

Elle parlait, je me souvenais de la fois où ma fille aînée m’avait raconté, de ce déjeuner de la veille pendant lequel nous avions évoqué ce que vit telle de nos amies si belle. Pierre Notte et Muriel Gaudin l’ont incarné. Ca donne envie de vomir, ça fait peur. Ça interroge.

Le texte est écrit par Pierre Notte (un homme donc), très précisément joué par Muriel Gaudin, ils ont trouvé le bon registre, on n’est pas dans le stand up et le trait forcé pour aller chercher le rire, on n’est ni dans la victimisation ni dans la culpabilisation, on est dans le C’est Comme Ca.

C’est Comme Ca, mais si on s’y met tous, si chacun apporte sa petite brique, ça peut changer. L’histoire d’une femme est une belle brique.

Allez la voir. Et si vous avez le temps, faites l’effort d’être spectateur, même salle, 18h30.

Au Théâtre du Rond Point jusqu’au 1er décembre 2019
Du mardi au samedi : 20h30 – dimanche : 17h30

Texte et mise en scène : Pierre Notte
Avec : Muriel Gaudin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.