Le cri de la pomme de terre du Connecticut

Un spectacle inclassable que savoureront ceux qui ont préservé leur capacité d’émerveillement.

Sur scène, deux tabourets, un portemanteau, une caisse. Patrick Robine entre en scène, dans une robe de chambre d’inspiration japonaise. « Vous n’étiez pas là hier soir ? », hier soir il y avait une fête, pour ses adieux, des adieux qui durent depuis.. longtemps. Il se présente, il est imitateur. Il imite des lacs, des mollusques, des légumes (crus et cuits), des arbres.

C’est un imitateur, c’est un conteur, un conteur de talent.Il raconte son histoire, les événements s’enchaînent, c’est logique, c’est irréel.

J’ai ressenti ses mots pendant toute la représentation. Je l’observais, je l’écoutais, je voyais la situation qu’il créait, je voyais se dérouler l’action. Mon imagination suivait ses mots, ses sons, elle vagabondait, et puis il la rattrapait, la focalisait sur un instant, sur une image.

Je l’ai vu rencontrer un séquoia à la sortie d’une boite de nuit à Aurillac. J’ai vu le pin des Landes en bordure de la Nationale 10, quand on pouvait encore rouler vite. J’ai deux étudiants réviser le kama sutra pendant que dans une casserole, une purée Mousline. J’ai vu l’œuf au plat. La pomme de terre du Connecticut ? Elle est assez différente de la BF15,de la ratte de Noirmoutier ou de la Belle de Fontenay.

Patrick Robine est seul sur scène, il est accompagné par Ramuntcho, un élan avec lequel il va partir à l’aventure, du Canada au Sénégal, De la forêt de baobabs dans laquelle il faut se faufiler à l’armoire pleine de son enfance, du survol des plages de l’atlantique à la séparation. Des mots, des bruits, voilà une situation, une autre, une imitation, une autre. Il créait l’épopée, je la ressentais. J’étais quelque part entre la folie d’Hobobo et la poésie onirique du Petit éloge de la nuit. Et j’y étais vraiment bien.

Vous avez gardé votre capacité d’émerveillement ? Vous savez laisser vagabonder votre imagination ? Ce spectacle inclassable est fait pour vous.

Au Théâtre du Rond Point jusqu’au 27 octobre 2019
Du mardi au samedi : 21h00 / dimanche : 15h30

Texte : Patrick Robine
Avec : Patrick Robine
Mise en scène : Jean-Michel Ribes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.