24H de la vie d’une poire

Une belle surprise, une chouette pièce à découvrir et à savourer sans bouder son sourire

Sur scène, la troupe, dos tournés, ils tiennent chacun une poire. Une femme entre, cueille les poires, s’assied dans une chaise longue, s’endort. Musique, obscurité.

Au centre de l’intrique, la parcelle Apicius, un terrain délaissé, il parait qu’on y faisait un excellent vin, il y a maintenant des poiriers, des poires dont la confiture est l’objet de la fête du village. Chacun lorgne sur la parcelle, un homme a été empoisonné. On finira par comprendre comment, malgré la paire de gendarmes, et par savoir qui est cet étranger intriguant.

Je me suis assis intrigué par cette pièce, son titre improbable, son pitch onirique. Je me suis laissé emporter par le naturel des jeunes filles qui ouvraient la première scène, ni mon attention ni mon sourire ne sont retombés. J’étais bien, j’ai savouré.

Le début de la pièce m’a rappelé l’univers de Fawlty Towers, par le rythme, la foultitude de personnages, les actions parallèles qui ouvrent un large champ de possibles. Jusqu’à l’arrivée du représentant en bouchons de liège, l’univers basculait vers Le Manège Enchanté, converge vers le happy end.

L’intrigue tient le choc, le texte est solide, la mise en scène efficace et rythmée, la musique onirique. Le jeu des acteurs est globalement naturel, sans effets forcés. Le théâtre que j’aime, que j’aime découvrir.

La pièce s’adresse à tous. C’est un voyage rafraichissant dans un pays joyeux où les gens sont heureux. Les parents apprécieront d’y aller avec leurs enfants (à partir de 7 ans) et de trouver un spectacle qui évite les travers des spectacles dits pour enfants. Les enfants se laisseront embarquer par l’enquête et les personnages hauts en couleurs. Les adultes auront le plaisir de voir que le ressort de leur âme d’enfant fonctionne encore parfaitement. Les sérieux pinceront les lèvres, comme toujours. Tous ceux qu’on dit atteints du syndrome de Peter Pan sortiront rassurés de voir qu’ils sont normaux.

Un grand bravo.

Au Théâtre de Nesle
16/09 20h00 / 20/09 21h00

Texte : Agnès Bonnaud / Mo Varenne
Musique : Cyril Dory
Avec : Michel Bailet, Romane Baudry, Lexia Bonnaud, Boris Berthelot, Jean-François Desbois, Cyril Dory, Nadia Hallaf, Telmo Herrera, Pascal Humbert, Margaux Nugues, Anthony Rivoire et Mo Varenne
Mise en scène : Mo Varenne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s