Fin de partie

Très belle Fin de Partie mise en scène par Jean-Claude Sachot, avec un Philippe Catoire hypnotisant.

FdPartie

Au centre de la scène, un fauteuil. Assis dans ce fauteuil, Hamm, sous un drap. « A moi de jouer ». Hamm est aveugle et paraplégique, dans son monde post apocalyptique autour duquel il n’y plus de vie, il règne sur Clov, son serviteur esclave handicapé, sur ses parents, amputés des jambes et posés dans des futs. Hamm parle, il joue avec les hommes, avec les mots, jusqu’à la fin de la journée. Si la fin est le commencement, est-ce qu’elle continue le lendemain ?

Au delà du texte, de son histoire, de son interprétation, j’ai été touché par la profonde humanité que j’ai ressenti en rencontrant ces personnages tels que Jean-Claude Sachot les a mis en scène.

Il y a Philippe Catoire, qui donne un Hamm hypnotisant. Assis sans bouger dans un fauteuil, les yeux masqués par des lunettes noires, emmitouflé, toqué, il reste la voix, le bas du visage, le torse pour exprimer les mots efficaces de Beckett. La contrainte est libératoire ? Le résultat est jubilatoire.

Il y a les parents, Nell et Nagg, Marie Henriau et Gérard Cheylus, si vous allez voir la pièce soyez attentifs à leurs regards, à la profonde tendresse qui se dégage de la façon dont ils se regardent, le propos de la pièce peut être désespéré, dans ces regards il y a de la vie, de l’espoir.

Il y a Clov, qui ne peut pas s’assoir, il ne peut que bouger, alors, comme une bille de flipper, il bouge, il rebondit de façon inattendue, on a parfois peine à le suivre.

Sur le moment, la relation Hamm-Clov m’a renvoyé à bien des choses, je ne vais pas faire une analyse de bazar de la relation maître esclave. La nuit passée, il me revient le souvenir d’une soirée dans un bar de l’autre côté de la voie ferrée d’Ussat les Bains, une lumière jaune, un vieux flipper au monnayeur cassé sur lequel je pouvais jouer et rejouer la même partie. Nell et Nagg sont les cibles, Clov la bille, et Hamm le groupe de champignons, au milieu.

C’est le propre du bon théâtre d’aller toucher un petit ressort au fond de vous.

Same player shoot again.

Au Théâtre Essaïon jusqu’au 11 juin 2019
Dimanche 18h00 – lundi 19h30 – mardi 21h30

Texte : Samuel Beckett
Avec : Philippe Catoire, Gérard Cheylus, Marie Henriau, Jérôme Keen
Mise en scène : Jean-Claude Sachot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s