Le potentiel érotique de ma femme

Pétillante de fantaisie, dans une mise en scène rythmée et imaginative, l’adaptation du livre de David Foenkinos va vous emporter.

Aff_PotentielErotique_web

Je suis arrivé curieux de savoir comment avait pu être adapté le livre de David Foenkinos, comment cet univers de logique absurde où une galerie de personnages se croisent et se recroisent pouvait arriver sur une scène.

L’histoire ? Celle d’Hector, jeune homme attachant, conçu sur le tard par deux parents qui avaient peur de la solitude. Hector collectionne, tout. Les objets, pas les femmes. Jusqu’à essayer de fuir ce besoin compulsif, rencontrer une jeune femme, Brigitte, l’épouser, découvrir petit à petit que les choses simples peuvent aussi avoir un potentiel érotique.

Un narrateur. Deux personnages principaux (Hector, Brigitte). Tous les autres, interprétés par trois acteurs seulement, dans un superbe numéro de changements de costumes, de mimique et de voix. Avec, en particulier, une vraie performance de Benjamin Lhommas, à la limite du transformisme, dont je me demande encore comment il fait pour passer aussi vite d’un personnage à l’autre, les personnages vont, viennent, reviennent.

La mise en scène force les traits, emmène le jeu vers la caricature, sous le contrôle du narrateur-chef d’orchestre. Une caricature sympathique, gentille, on rit des travers, des situations, sans s’en moquer, pour un peu on rirait avec les personnages de leurs défauts. Un surréalisme attachant. C’est rythmé, enlevé, réglé comme du papier à musique, ça marche, ça pétille, ça envoie des paillettes, de la fantaisie,

Sur le moment, j’ai savouré ces performances. Avec le recul, je me rends compte que j’ai passé plus de temps à admirer le jeu qu’à me laisser emporter par l’histoire, à laquelle je suis resté un peu extérieur.

Le Théâtre 13 a-t-il une fois de plus été l’écrin où sera né un succès qui durera des années ? L’avenir le dira, tout est là pour qu’il en soit ainsi.

La salle a salué la représentation de beaux applaudissements, c’est l’essentiel, non ?

Au Théâtre 13 (jardin) jusqu’au 7 octobre 2018 – du mardi au samedi 20h00 – dimanche 16h00

De : David Foenkinos
Adaptation : Sophie Accard, Léonard Prain
Mise en scène : Sophie Accard
Avec : Sophie Accard, Léonard Boissier, Jacques Dupont, Benjamin Lhommas, Anaïs Merienne, Léonard Prain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s