Les troisièmes lundi du Dr Dory

Pour sa troisième séance de thérapie chantée, le Dr Dory m’a chopé au cœur, aux tripes, pour un voyage au fond de mon âme et de mes nostalgies. Vous savez quoi ? Il reste trois séances, et vous pouvez rejoindre l’expérience.

Dory

Oui, j’y suis retourné, une troisième fois. Et je me suis fais cueillir, encore plus que la première fois.

Cyril Dory est entré sur scène, avec son peignoir et son épi de blé, il faut que je lui demande pourquoi un épi de blé. Et entamé la séance avec Un Peu Amoureux. Je ne suis pas un exégète de l’oeuvre de Zazie, j’ai écouté, avec attention, suis sorti touché par la chanson. Le ton était donné, on étant dans la réflexion, bien sûr, dans l’émotion, beaucoup.

Le thème général de cette troisième séance était l’amour, l’amour dans tous ses états, quand il commence, quand il part, surtout, surtout, la différence entre amour et amoureux, ces deux sentiments opposés qui aboutissent au même je t’aime.

A coup de chansons, d’anecdotes sur les chansons, le Dr Dory a tracé la limite entre Amour et Amoureux, Amoureux basé sur l’apparence, Amour sur la compassion.

Je ne vais pas, je ne veux pas vous résumer la séance, l’importance des gares, la différence entre un départ en train et un départ en voiture, les aiguillages de la vie.

Il y avait de l’émotion, dans la salle, en écoutant telle anecdote je me souvenais, j’étais touché, quand je ne me sentais pas concerné je tournais la tête, je voyais ma voisine, un autre spectateur être ému, revivre un moment de sa vie. J’en ai revécu aussi, des bons, des moins bons, je pouvais les regarder sans crainte, apaisé.

Baroudeur était là, il avait voulu revenir, je me suis demandé si tout ça ne lui passait pas un peu au dessus de la tête. On voyait que ça le travaillait. Quand il a entendu que le plus grand amour c’est celui d’un parent pour son enfant, d’un enfant pour son parent, il s’est pelotonné contre moi, il avait reçu, lui aussi, un message qui parlait à son cœur. Après, il fermait les yeux pendant les chansons, les ouvrait en applaudissant, écoutant anecdotes et réflexions les yeux, les oreilles et le cœur grand ouverts.

La salle a très longuement, très chaudement, très chaleureusement applaudi à la fin du spectacle. Les spectateurs se sont levés lentement, sont sortis sans se presser, heureux de l’instant présent, nostalgique des instants qu’ils avaient revécus. Ils se sentaient juste bien.

La thérapie continue, il reste trois séances.

Au Théâtre de Nesle les 19 mars, 16 avril, 21 mai 2018. A 21h00.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s