Les Copines – Concert sauvage

Laura est de Mauléon, Maëlys est de Saint Palais, et Manon est d’Hendaye. La Soule, la Basse-Navarre, le Labourd, les trois provinces françaises du Pays Basque sourient quand elles chantent, au Pays Basque on chante en harmonie, elles chantent bien, et en souriant.

img_4497

Les Copines revendiquent un répertoire qui fait le grand écart, entre chansons Trad et chansons Crade, qui se rejoignent dans le souvenir plus ou moins nostalgique des bons moments de la vie.

Les chansons Trad, ce sont des chants du Pays Basque, qui chantent la montagne, l’amour, le vent qui passe. Elles chantent en Souletin (pour le plaisir des oreilles des connaisseurs) entonnent les grands moments du répertoire. Elles ont également importé et traduit des airs folkloriques venant d’ailleurs, entendez le Béarn voisin, et les donnent avec entrain.

Un entrain contagieux, d’ailleurs, au Pays Basque, on chante, on boit, on fait la fête, on est heureux, généreux, on célèbre, et si la célébration prend le pas sur l’occasion, on le fêtera aussi.

Les chansons Crade, c’est le répertoire paillard qu’on s’attend plus à trouver dans les salles de garde, celles des médecins ou des casernes, qu’on est presque surpris d’entendre dans la bouche de jeunes femmes souriantes. Forcément, c’est un peu plus clivant que les chansons Trad… mais reprendre un air fortement misogyne en le rendant mélodieux, c’est s’en moquer, se moquer de ceux qui le prennent trop au sens propre, non ?

Dans un bar de Montmartre, Les Copines avaient réuni quelques amis le temps d’un shooting, elles avaient besoin de photos pour leur promotion, d’un public à l’accent qui chante pour donner à ce petit coin de Paris des airs de Sud Ouest, évidemment ça a divergé, bien sûr le moment s’est transformé en un vrai concert impromptu, en une vraie fête.

Trois voix, trois tessitures, naturellement accordées, même quand elles soupirent c’est mélodieux. Laura, par ailleurs membre de Achille’s Family,  est la plus grave, quand elles s’accordent, complices, la magie prend, l’harmonie polyphonique s’envole, et je me suis régalé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s