HOBOBO – Ciné XIII Théâtre

En une phrase : la réponse aux questions essentielles de l’humanité, Qui sommes nous, D’où venons nous, Où allons-nous… comme jamais vous ne l’avez vue, qui fait de déjanté une notion raisonnable.

J’ai ri d’un bout à l’autre de la pièce, je crois que je n’avais jamais ri comme ça. Patrick de Valette arrive sur scène, il est le Professeur Hubert O Taquet, il nous raconte l’histoire de l’humanité.

Le spectacle est au cordeau, mélange de mime, de danse, de yoga, de jeu de scène. Délirant ? dans les moments de calme, alors. Déjanté ? le mot est bien raisonnable. À ce niveau là, il n’y a plus de mots. C’est un grand spectacle, un très grand spectacle. Un énorme boulot, un superbe résultat. L’homme est élastique, modelable. Il devient sous nos yeux.

Écrit et joué par Patrick de Valette, mis en scène par Isabelle Nanty, la folie des Chiche Capon est focalisée, amplifiée. Mais au fait, quand il n’y a qu’un seul des Chiche Capon, on fait quoi du S qu’on a enlevé alors qu’il n’y était pas ?

Les images se bousculent, comment vous convaincre de vous ruer pour… voir mimer une bactérie, une cellule, une algue, un varan, le poussin qui sort de l’oeuf… réaligner vos chakras d’une façon… revisiter Hare Krishna… savoir enfin à quoi sert un tampon avec applicateur….

Au fait, la bactérie consomme de l’acide et rejette de l’oxygène. Vous comprendrez sur place la saveur de l’allusion.

Je suis allé voir ce spectacle par curiosité, sur la double mémoire des Chiche Capon, vu à La Pépinière, et de la qualité de laprogrammation du Ciné XIII Théâtre. J’aurais du le mettre en tête de ma to see list, ex aequo avec le Don Quichotte du Théâtre 13, y emmener le ban et l’arrière ban de mes amis.

Le spectacle se donne jusqu’au 12 novembre, je ne doute pas un instant de sa carrière future, de la taille croissante des salles qui vont l’accueillir.

Pour ceux qui ne connaissent pas la salle du Ciné XIII Théâtre, les trois premiers rangs sont des grands canapés de cuir rouge, et la salle est en placement libre. Alors si vous voulez pouvoir dire « j’y étais vraiment bien », arrivez en avance, patientez devant la porte tout en bas… et savourez. Sans oublier de prendre un verre au bar ensuite, y attendre l’artiste, le féliciter.

Vous pouvez y aller en famille, avec votre +1 si sérieux, avec votre ado boudeur, avec votre enfant trop jeune pour sortir le soir. Baroudeur (7ans), PtiBonom (16 ans) et OliveOyl ont adoré. Il y avait aussi un petit Tom qui devrait se souvenir longtemps de son voyage initiatique.

La salle, complête, était en folie à la fin du spectacle.

Le site du théâtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s