Enfance de Nathalie Sarraute – Manufacture des Abbesses

Enfance à la Manufacture des Abbesses : Anne Plumet et Marie-Madeleine Burguet, toutes de nuances et de sensibilité, suivent Nathalie Sarraute sur les traces des émotions de son enfance écartelée, un beau moment de théâtre pour ceux qui savent laisser filer leur imagination

Deux paires de talons résonnent. Sur la scène, deux chaises, deux femmes, un même tissu pour la blouse de l’une, la robe de l’autre. Alors tu vas vraiment faire ça… Évoquer tes souvenirs d’enfance…

Que dire de plus. Anne Plumet est Nathalie Sarraute, elle évoque son enfance, dans un dialogue avec Marie-Madeleine Burguet, son double mature… Une enfance compliquée, des parents qui divorcent, vivent entre la France et la Russie, reconstruisent leurs vies. Une enfance où elle n’est pas bien, où elle doit choisir. Une enfance où un moment heureux se transforme en une blessure qui restera. Une enfance. Une ouate, dont il faudra un jour sortir.

Une enfance évoquée avec les mots de Nathalie Sarraute, la pièce prend son envol. Les mots se mettent à porter, le spectateur monte à bord de ses émotions, croise des grands moments, des petits instants. Parents divorcés, familles recomposées, éloignement, choix, sensation de ne pas être chez soi, un siècle après ce n’est plus aussi atypique qu’en 1910, le spectateur n’a pas besoin qu’on lui détaille le contexte, il peut suivre Anne Plumet dans les nuances explorées par Nathalie Sarraute, sous l’œil ironique de Marie-Madeleine Burguet qui maintient la perspective.

Comment vous faire sentir qu’on peut se laisser embarquer par l’évocation d’une petite fille en robe de mousseline qui organise l’enterrement d’une grande graine, plate et noire, une graine de pastèque, qu’on peut avoir du plaisir à les entendre si bien dits ? Dits par deux grandes actrices, qui jouent de leurs intonations, de leurs voix, comme d’un instrument de musique, les mots devenaient une mélodie, en fermant les yeux je voyais surgir l’image du moment, je ressentais les émotions de cette petite fille, ses joies, ses blessures. Avec une mention particulière pour le regard élastique de Marie-Madeleine Burguet, qui est au service des mots prononcés par Anne Plumet ce que l’orthotypographie est au service du message imprimé. On rêverait de recevoir son sourire mêlant ironie et malice.

Un beau moment de théâtre, tout de nuances et de sensibilité, qu’apprécieront ceux qui savent se laisser bercer par les mots, qui aiment laisser filer leur imagination. Pour ceux qui aiment les textes qui portent et les interprétations qui les servent.

A la Manufacture des Abbesses
Jusqu’au 26/02/22 : Mercredi, jeudi, vendredi, samedi : 19h00
Du 02/03/22 au 11/05/22 : Mercredi : 19h00

Texte : Nathalie Sarraute
Avec : Anne Plumet, Marie-Madeleine Burguet
Mise en scène : Tristan Le Doze

Visuel : Morgane Arnoux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.