Le fils

Un très beau texte, lourd, dans une mise en scène épurée. Dans une petite ville de province, Cyril essaye de vivre son homosexualité, sa mère s’enferme dans un radicalisme religieux.

Le Fils (c)Stéphane Trapier

Un cercle de parquet, un clavecin de bois blanc, quelques luminaires comme on en trouve dans les caves.

Emmanuelle Hiron rentre en scène, s’arrête. Raconte. L’histoire de Catherine, étudiante en pharmacie, sa rencontre avec Philippe, il a deux années de plus qu’elle, ils se marient, ils reprennent une pharmacie dans un petite ville proche de Rennes, elle aime y travailler, elle obtient son diplôme avant d’accoucher. Anthony, l’ainé, sa naissance lui laisse quelques points de suture. Cyril, le second, mal positionné, l’obstétricien impose la césarienne à Philippe.

Les années passent, Anthony est fort, sportif, il joue au foot, Cyril a la tête du Petit Prince, il se fait un petit coin pour travailler, lire, dans la pharmacie, une pharmacie est ouverte le samedi. Philippe est croyant, tout le monde va à la messe le dimanche, c’est important, dans cette petite ville de Bretagne, d’être vu à l’église.

Une pièce blasphématoire se donne à Rennes, Catherine et Anthony vont veiller sur le boulevard de la Liberté, l’occasion aussi de se lier avec la femme du chirurgien, celui dont Philippe voudrait tant faire connaissance. Cyril, lui, va voir la pièce, il invite sa mère à aller la voir avant de la juger.

Catherine va petit à petit se radicaliser, vraie foi ou effet d’entrainement, manifester à Rennes, à Paris, contre la loi Taubira, contre le mariage pour tous. Cyril va rencontrer Thomas, la violence des autres, un jour dire à sa mère qu’il sort avec lui. Serait-il l’épreuve que Dieu leur envoie, celui qui, homosexuel, pourrait aller, avec elle, dire combien il est contre le mariage pour tous ? Non.

Le sujet est lourd, il est traité de façon chirurgicale.

Il y a la radicalisation de Catherine, qui commence comme une envie de s’intégrer à un groupe, qui se poursuit en en faisant plus, encore plus. Il y a l’isolement de Cyril, quand ça mère lui dit qu’elle l’aime comme il est, c’est pour ce qu’il n’est pas.

Il y a quelques traits tranchants, la vie sexuelle de Catherine, proprette puis inexistante, avec un retour de flamme au retour d’une manifestation.

Le texte de Marine Bachelot Nguyen est beau, il se suffit à lui même, la mise en scène de David Gauchard est épurée, elle laisse toute la place au texte, évite le piège des grands mouvements qui n’apporteraient rien. Il est parfois à la première personne, parfois à la troisième personne, comme si, parfois, Catherine arrivait à prendre un peu de recul, à sortir de son enfermement. Emmanuelle Hiron le dit presque sans faire un pas, quelques gestes, des regards, un peu de son pour renforcer certains effets. De la lumière.

Le texte n’est pas manichéen. J’ai évidemment été touché par Cyril, par son destin, par son isolement. J’ai été aussi touché par Catherine, par la mécanique qui la conduit à adopter un comportement dont au fond on ne sait pas si il correspond à ce qu’elle est ou à une volonté de se conformer à ce qu’on attend d’elle pour l’intégrer dans un groupe. Le conformisme radical et religieux, pharmaciens dans une petite ville de province, c’est la Manif pour tous, un environnement différent conduirait ailleurs, conduit de la même façon à l’écrasement de ceux qui sont différents.

Wolfman Jack passait parfois Once You Understand dans ses émissions. Il désannonçait le titre par un long silence, suivi des mots « Heavy Song ». Le fils m’a fait le même effet. Une pièce qui vous chope le cœur, le serre petit à petit jusqu’à une fin inéluctable, et vous laisse sans voix.

Au théâtre du Rond Point jusqu’au 14 avril 2019
Du mardi au dimanche : 18h30

Texte : Marine Bachelot Nguyen
Avec : Emmanuelle Hiron
Idée originale, mise en scène et scénographie : David Gauchard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s