Le prince travesti, ou l’illustre aventurier

A voir au Théâtre 71 de Malakoff, en tournée ensuite, une belle version d’Yves Beaunesne du Prince Travesti, au delà de l’amour et de l’argent, Marivaux s’intéresse à savoir qui de l’homme ou de la femme a le sens du devoir d’état.

TH71_1819_visuels_pres.indd

J’ai une vraie appétence pour le théâtre de Marivaux, qui prend des personnages, les charge d’une attente, les laisse évoluer en liberté, observe le résultat, et remet tout bien en ordre à la fin.

Dans Le Prince Travesti, Marivaux examine la façon dont les souverains prennent leurs décisions, et comment l’amour y a sa place. Trois souverains, pour faire bonne mesure, comme on le découvrira à la fin.

Sur l’immense scène du théâtre 71, un piano, un escalier qui monte sur deux étages, deux canapés. Assise, la Princesse, qui aime Lelio, un aventurier, un mercenaire, qui s’est engagé récemment à ses côtés, qui a changé le sort de la guerre qui secoue le royaume depuis des lustres, qui réorganise son administration. Elle se confie à Hortense, jeune veuve, de la famille royale. La Princesse est promise au roi de Castille, Hortense est amoureuse d’un inconnu qui l’a sauvée d’une bande de brigands quand elle n’était pas encore veuve.

J’ai apprécié la façon dont Le Prince Travesti, dans cette mise en scène d’Yves Beaunesne, occupe le temps et l’espace. Les acteurs prennent le temps de parler posément, de s’écouter, de se répondre, le spectateur a le temps d’intégrer, de savourer. La scène du Théâtre 71 est grande ? Ils vont la parcourir, sans se presser, quand il faudra aller chercher un personnage, il prendra le temps d’arriver, passant posément derrière un voile. Avec des pauses musicales, chantées, jouées, musique des années 1980 rendues classiques qui s’appuient sur le talent de Valentin Lambert, saxophone, piano, guitare, et les qualités vocales et instrumentales de l’ensemble de la troupe, c’est peut-être dans les regards qui s’échangent alors qu’on sent leur complicité et le plaisir qu’ils ont à jouer ensemble

J’ai apprécié la cohérence et la qualité de la distribution, le jeu de chacun des acteurs, un jeu très physique, ils bougent, ils sautent, dans les émotions, un jeu à la limite de l’animal, où la voix devient presque l’accessoire du regard et du corps.

Avec une affection particulière pour Jean-Claude Drouot, qui donne un Frédéric grand serviteur de l’état, il est l’élément de stabilité dans cet univers bousculé. Et Thomas Condemine, Arlequin menteur, voleur, tricheur, prêt à trahir tout le monde pour une pièce d’or, il bouge, saute, tourne, se cogne, c’est un ludion dont chaque apparition entraîne les rires de la salle.

Borsalinos, moustaches fines, les costumes pourraient emmener la pièce entre les années 1930 et 1960, la musique est plus années 1980, et la leçon de Marivaux, féministe avant l’heure, est intemporelle, les femmes ont le sens du devoir, les hommes se laissent entraîner par les penchants de leur cœur (un cœur dont les femmes se jouent sacrément bien).

En synthèse, une pièce enlevée, emmenée de façon très physique par une belle distribution, pour une leçon intemporelle sur le sens du devoir.

Au Théâtre 71 – Malakoff jusqu’au 1er février 2019
Mardi-mercredi-jeudi-samedi : 19h30 / Vendredi 20h30 / Dimanche 16h00

En tournée :
6 au 10 février 2019 Théâtre Montansier Versailles
26 février 2019 Scène Nationale 61 à Alençon
21 mars 2019 Théâtre Jacques Coeur de Lattes
28 et 29 mars 2019 Grand Théâtre de Calais
4 avril 2019 Maison de la Culture Nevers Agglomération à Nevers

Texte : Marivaux
Avec : Nicolas Avinée, Johanna Bonnet, Thomas Condemine, Jean-Claude Drouot, Elsa Guedj, Pierre Ostoya-Magnin, Marine Sylf, Valentin Lambert
Mise en scène : Yves Beaunesne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s