Tabarnak

Un spectacle de cirque impressionnant, bluffant, un road trip iconoclaste, corrosif, exubérant, à ne pas rater à Bobino.

Tabarnak

Sur une scène encombrée, six hommes, trois femmes, certains lisent, d’autres tricotent. Pas uniquement les femmes. Un barbu charpenté se tricote un bonnet. Le ton du spectacle est donné. Tabarnak, c’est exactement ça. Un cirque familial sur la place du village, des numéros qui s’enchainent. Forcent les émotions du spectateur. Des artistes qui reviennent. A chaque fois plus impressionnants de force, de talent. Un cirque avec une âme.

Qu’est-ce que j’attends d’un cirque ? Des numéros qui s’enchainent. Une diversité des disciplines. Des moments WOAOW, j’admire la performance physique, la bouche ouverte. Des moments HUUUHHH, je frémis devant le risque que prend l’artiste, les lèvres crispées. Des moments AHAHAH, l’humour détend. Des moments HUMMM, la poésie de l’instant m’emporte. Surtout, de l’humanité. L’impression que les artistes sont des hommes et de femmes. Un instant applaudi dans la lumière, l’instant d’après dans l’ombre, prêt à parer la chute d’un camarade. Qu’un des numéros ne soit réussi qu’au second essai. Avec un fil conducteur ? La magie prendra.

Le Cirque Alfonse est humain. Impressionnant et humain. Les artistes ont l’air de gens normaux dans des corps normaux. Heureux de travailler ensemble ce soir. Les numéros s’enchainent, de la voltige, de l’équilibre. Des mouvements lents. Des efforts surhumains, comme s’ils étaient évidents. Des moments aériens, sur des bandes, sur des perches. Une balançoire russe. Pour détendre le public, des chansons souvent iconoclastes, bien sûr jouées et chantées en direct. Pour la poésie ? Des grands gaillards viendront tourner comme des derviches colorés.

C’est l’autre aspect de Tabarnak, le spectacle est iconoclaste, il joue avec les codes de certains rites pour nous emmener dans une joyeuse virée, parfois en enfer, parfois au paradis, toujours joyeuse et festive. Une célébration déjantée de la vie !

Le cirque doit se réinventer ? Peut-être. Certains ont fait le choix de la perfection. Corporelle, technique et esthétique. Qui séduit, n’émeut pas. Le Cirque Alfonse est humain, très humain. Il m’a séduit par la qualité des numéros, touché par son parti pris et son fil conducteur.

Du bon cirque, avec une belle âme. J’ai été impressionné. La salle aussi, qui ne s’y est pas trompée, s’est levée d’un seul mouvement à la fin du spectacle pour une longue standing ovation. Méritée.

A Bobino jusqu’au 9 juin 2018 – du mercredi au samedi 20h30 / samedi 16h00.

Le site du Cirque Alfonse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s