Mademoiselle Frankenstein – en tournée

En une phrase : Mary Shelley, 15 ans après avoir écrit Frankenstein, face à sa création. Un petit bijou de pièce, actuellement en tournée, à voir si vous avez la chance qu’elle passe près de chez vous.

MelleF

Le hasard des réseaux sociaux fait parfois bien les choses, qui me donne à voir successivement des morceaux du Frankenstein qu’Alexe est en train de dessiner, et les dates de la tournée de Mademoiselle Frankenstein.

J’avoue, j’adore cette pièce, je l’ai vue trois fois en deux ans dans son écrin, la Petite Folie, et c’est avec un peu de nostalgie que j’avais compris qu’après quatre saisons, elle allait s’arrêter. Forcément, quand j’ai vu qu’elle revenait, j’ai souri.

Mademoiselle Frankenstein, c’est une histoire de rencontres, celle de Mary Shelley et de sa création, celle de Mary Shelley et de sa créature. C’est l’exploration de sa vie, des circonstances de l’écriture.

Quand j’ai vu la pièce pour la première fois, j’attendais des éclairs, un monstre couturé, forcément, Frankenstein (on oublie d’ailleurs tous que c’est le nom du docteur, que la créature n’a pas de nom). Vous ne verrez pas ce monstre couturé pour vous faire hurler de peur, ni de rire. Mais vous rirez, ça détend, de certaines réparties. L’ambiance de la scène est angoissante, elle n’est là que pour nous accompagner dans la découverte des blessures de l’une, la frêle jeune fille qui a enfanté DU livre, de l’autre, enfanté dans une expérience maléfique. Ils se découvrent, se rejoignent.

Vous saurez, en sortant, comment ce livre a été écrit (presque) en une nuit, le fruit, lui aussi, d’une expérience, le pari d’un groupe de Romantiques, Mary, Percy Shelley, Lord Byron. Etrange pari dont le résultat, Frankenstein, bien sûr, mais les vampires, résonnent encore de nos jours.

Vous verrez deux êtres malheureux, qui se défendent avec leurs armes, vous serez tristes avec eux.

Mademoiselle Frankenstein, c’est un peu comme un film de M Night Shyamalan, une pièce à voir deux fois, une fois pour ressentir l’angoisse et la tension, une fois pour ressentir la tristesse et l’empathie. Et une troisième fois pour la savourer, et une quatrième fois, pour le plaisir, celui qu’on éprouve quand on retrouve un vieil ami.

Les deux acteurs sont fantastiques. Christelle Maldague livre une Mary Shelley à la solidité tranchante d’une vieille anglaise distinguée qui ne se laissera jamais dominer, Frédéric Gray est un Lazarro Spallanzani étrange et démoniaque, est-il plus monstrueux qu’humain ?

La première fois, j’étais seul. La deuxième, accompagné de dix amis. La troisième, avec Baroudeur, il avait six ans, presque sept. Lui, forcément, n’a pas lu le livre de Mary Shelley, il ne connaît pas l’histoire, cette histoire qui nous a terrifié et fasciné la première fois qu’on l’a lue, cette nuit où il était impossible de refermer le livre. Il en a d’autant plus compris les sentiments des personnages, leur tristesse, leur solitude. Un jour il lira le livre. Je sais qu’il le comprendra différemment.

A nouveau, il n’y a pas d’éclairs, pas de monstre couturé, dans cette pièce, rien de terrifiant ni d’effrayant. Bien sûr on sursaute, mais surtout on éprouve les émotions, on ressent les sentiments que nous font partager Christelle Maldague et Frédéric Gray. Allez la voir, n’hésitez pas à y emmener des enfants à partir de 8 ans.

La pièce a remporté deux P’tits Molières en 2014, une gerbe de nominations, méritées.

 

Un grand bravo à toute l’équipe pour ce succès qui mérite de continuer.

Les dates ?

Fontainebleau : Théâtre de l’Ane Vert – 14 octobre 20h30 et 15 octobre 17h00
Paris : La Folie Théâtre – le 31 octobre et le 1er novembre à 2Oh30
Bougival : Grenier Théâtre – 1er décembre à 20h45
Champs sur Marne : Salle Jacques Brel – 8 décembre à 20h30

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s