La grenouille avait raison – La compagnie du Hanneton

Une fois encore, James Thiérrée et la Compagnie du Hanneton m’ont fait rêver, avec La grenouille avait raison, leur nouveau spectacle. Une fois encore, j’ai assisté à un spectacle onirique, je suis entré dans la salle, j’ai ouvert les yeux, et j’ai rêvé, rêvé d’un monde où les lois de la mécanique ne s’applique pas, où seule la gravité du destin existe.

Je me suis assis, et j’ai rêvé. Rêvé dès avant que le rideau ne s’en aille, dans ce spectacle même le rideau a une âme, même le rideau est animé.

Je cherche mes mots. Des mots pour vous dire d’aller voir ce spectacle, mais comme tous ses spectacles, il est inracontable. Qu’en dit-il ?

La grenouille avait raison. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Et ni les années qui passent, ni cette scène qui me hante joyeusement ne m’apprennent au fond pourquoi on fait ceci ou cela sur  ce grand bateau ivre que l’on appelle  théâ…  (ce mot a besoin de vacances). Pourquoi on accroche des fils aux cintres à jardin plutôt qu’à cour, pourquoi mon corps s’articule en général à l’envers du naturel, pourquoi ce qui est catégoriquement prévu rarement se réalise ?  Hein ? Et puis surtout pourquoi on imagine une histoire et on l’entreprend ? Je n’en sais rien.

Avec ce spectacle, il y a de minuscules mystères qui vont en avaler de grands, cela est clair.  On parlera par détour d’une créature souterraine qui, curieuse des hommes, leur fit confiance et fut trahie, son cœur brisé. On imaginera en représailles une fratrie kidnappée et emprisonnée, sous  la surveillance d’un kaléidoscope caractériel.  Et pour finir on trempera nos pieds fourbus dans le lavoir – ascenseur révélateur d’aspirations.

Je fais du théâtre pour ne pas avoir à expliquer ce qui remue à l’intérieur, plutôt  pour rôder autour. Donc rôdons si vous le voulez bien. Vivons ensemble, ici, quelques instants, des choses insensées qui ont peut être du sens, à l’horizon du bout de notre nez.

La grenouille nous le dira.

La grenouille avait raison, c’est un spectacle que j’ai ressenti, du fond de mon âme, du fond de mon cœur, du fond de mes tripes. C’est un torrent d’émotions, une cascade dans laquelle la vision et l’ouïe sont emportés. C’est une atmosphère. Une poussière d’étoiles.

Bien sûr il y a la scène, immense, les fils, l’œil, le piano. Le bassin. Il y a la mise en scène, sublime. Il y a le jeu des acteurs, suite de performances ultra précises. Tout ça s’efface, s’oublie, disparaît, et seul subsiste le rêve. Le rêve dont la salle s’abstrait petit à petit, remerciant la troupe d’une standing ovation. C’est un très grand spectacle.

Une fois de plus j’ai été emporté. Une fois de plus j’ai du mal à reprendre mon souffle.

Guettez les dates. Guettez le nom. Allez-y en confiance. Il n’y a plus de places au Rond Point ? C’est pas grave, vous trouverez une bonne place ailleurs !

En tournée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s