Le Grand Déballage – Théâtre La Boussole

En une phrase : une Barbara Cartland en errance est obligée d’écrire sa propre histoire. Mais pour l’écrire, il faut la vivre.

Vous vous souvenez des boules coco que vous avaliez à l’école primaire ? vous allez les revoir. Je me demande encore si la pièce est totalement écrite comme ça, ou si ils ont brodé ce soir là, en nouveaux Poiret-Serrault.

En trois mots : ils sont dingues, mais d’une dinguerie qui fait du bien, d’une dinguerie qui rend fou. C’est caustique et corrosif, avec une dose de séduction bien tassée, bref c’est alcalin.

Linda Prévot Chaïb est pétillante et touchante, Pascal Zelder a adopté un Prince de Galle chatoyant qui renvoie l’image de l’éditeur à celle d’un proxénète manipulateur.

Ca part dans tous les sens, sans qu’on s’y attende, il faut aimer le genre. Ca manque un peu de flegme britannique, j’avoue avoir trouvé la mise en scène parfois fatigante, à me demander comment une anglaise flegmatique et néanmoins indigne et tranchante aurait abordé la même situation.

A voir entre amis pas sérieux.

Le site du théâtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s