L’irrésistible ascension de Monsieur Toudoux – Théâtre 13

En une phrase : André Toudoux, roturier sans envergure dont on ne sait pourquoi il a épousé Julie de Champrinet, grimpe les barreaux de l’échelle de la société grâce à l’influence occulte de sa belle mère, qui le méprise.


Trois petites pièces de Feydeau nous racontent l’ascension de Monsieur Toudoux, vue depuis sa chambre, nul n’est grand aux yeux de son valet.

Bébé nait, à 5 ans, à 10 ans. L’appartement s’agrandit, devient plus cossu, gagne une vue, de la hauteur sous plafond. Le mobilier Ikea devient design puis d’antiquaire. Monsieur Toudoux reste lui même, dépassé par des événements contrôlés par sa belle mère, soumis aux humeurs de sa femme et d’un enfant roi, sous l’oeil effaré du Colonel Chouilloux.

La morale est moraliste, Belle Maman finit à l’asile, Monsieur Toudoux devient Président.

Encore une fois, une belle création du théâtre 13, enjouée, entrainante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s