Alexandra DOM – Gare Live


Alexandra DOM est une jeune artiste, monde pop aux nuances d’électro, qui chante ses compositions. Sa musique est bien rythmée, ses textes parlent aux coeurs de ceux qui ont un coeur.

Première partie du set, elle est restée dans sa bulle, cachée derrière son micro, avec de longs silences entre les morceaux. C’était bien, mais un peu chiant.

Seconde partie, elle s’est lachée. Elle est venue chercher le spectateur, lui parler, le regarder dans les yeux. Elle a attrapé un public, et ne l’a pas laché.

Là elle a montré qu’elle avait du talent, de la niaque.

Là c’était bien, et c’était magique.

Allez, un cadeau. Sur son site il y a un onglet musique avec les 4 titres qui seront sur l’EP en préparation. Profitez-en !

Archibald – Gare Live


Le premier abord est sympathique, voix-guitare qui crée un univers, un personnage d’explorateur des âmes et des moments, qui raconte une histoire.

La musique est agréable, la voix est agréable, on se laisserait bien porter.

Porter, mais pas emporter. C’est agréable comme un air de FIP, qu’on entend en arrière plan, qui tient compagnie, qui donne un sourire et qu’on oublie dès que le suivant arrive.

Il manque du charisme, ou une section basse/rythmique, voire les deux. Le public de St Lazare ne s’y trompe pas, qui ne s’arrête pas.

Trois morceaux, et je reprends mon chemin, sans acheter le disque.

Miam – Gare Live

Quand j’ai écouté les vidéos, j’ai cru entendre la voix d’Elisabeth Wiener, les échos de son dernier avatar, Castafiore Bazooka. Mais non.


Il y a bien des échos de sa voix, mais quand les deux chanteuses de Miam chantent en choeur.

Costumes originaux, enthousiasme, quelques compositions. C’est sympathique, mais pas vraiment plus. On sent l’envie, le manque de travail. Est-ce qu’elles y croient vraiment ? Pourquoi forcent-elles leurs voix ?

Elles ne regardent pas le public, ne vont pas chercher le passant. Elles restent dans leur bulle.

C’est de la chanson française mi romantique mi dépressive comme j’en entendu mille fois, qui attire l’oreille, deux morceaux ça va, trois c’est déjà trop.

L’endroit est exigeant, sélectif, Miam ne passe pas la barre.