On n’est pas là pour disparaître – Théâtre 14 – un voyage dans les pensées d’un homme atteint de la maladie d’Alzheimer

On n’est pas là pour disparaître au Théâtre 14 : Mathieu Touzé adapte le livre d’Olivia Rosenthal, met en scène le talentueux Yuming Hey pour un voyage dans les pensées d’un homme atteint de la maladie d’Alzheimer. Un spectacle esthétique, cérébral et glaçant.

Au fond de la salle, Rebecca Meyer distille déjà des notes de guitare. La scène est barrée d’un long voile. Une séquence vidéo, banc titre, pose la situation, qui est Monsieur T, qu’est-ce qu’il a fait, de quoi est-il atteint, quelle est l’histoire de cette maladie. Il a voulu tuer sa femme, cinq coups de couteau près du cœur. Il est à l’hôpital psychiatrique de Villejuif. Il est atteint de la maladie de A(lzheimer). Mais dans sa tête… que se passe-t-il ?

Après la longue et parfois didactique vidéo, Yuming Hey vient talentueusement porter une réponse à cette question. Ancré dans le sol, il porte la réponse d’Olivia Rosenthal, et le spectateur entre dans la tête de Monsieur T.

Une tête où beaucoup de choses se mêlent. Des pensées disparates, des bribes de conversations dont il se souvient ou qu’il invente, sa/ses femme(s), les médecins, une narratrice, un savoir encyclopédique. Tous ces gens qu’il identifie, ou pas, qu’il confond, mélange. Plus que l’histoire de Monsieur T., qui s’efface avec sa mémoire, ce sont ses pensées, ce sont ses peurs et ses doutes, qui deviennent panique et angoisse, que transmet Yuming Hey.

Mathieu Touzé a mis en scène un spectacle très cérébral, on ne s’attache pas à Monsieur T., ce qu’il devient n’est pas important, de toutes façons on le sait. Il sème quelques graines d’humanité auxquelles se raccrocher, on n’ose parler d’optimisme, dans la réaction de Madame T., poignardée, confondue, présente. Avec un rendu très esthétique pour une conclusion presque trop facile.

Je me suis laissé embarquer par ce voyage dans les pensées de Monsieur T., emplir par sa panique, par son angoisse. Je suis sorti frissonnant et glacé.

Au Théâtre 14 jusqu’au 18 février 2023
Mardi, mercredi, vendredi : 20h00; jeudi : 19h00; samedi : 16h00

D’après le roman d’Olivia Rosenthal adapté par Mathieu Touzé
Avec : Yuming Hey ; musique live : Rebecca Meyer ; avec la voix de Marina Hands, de la Comédie-Française
Mise en scène : Mathieu Touzé

Visuel : Christophe Raynaud de Lage

2 réflexions sur “On n’est pas là pour disparaître – Théâtre 14 – un voyage dans les pensées d’un homme atteint de la maladie d’Alzheimer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.