Fée

Le mec est dingue, son spectacle est fou, et il ne faut pas les rater.

(c) Philippe Cibille

Sur scène… bon, on s’en fout. Sur scène, il y un pied de micro, et normalement j’écrirais qu’il a vécu, et qu’il n’a pas de pince, et que d’ailleurs il servira à poser Polystirène, l’albatros blessé de la fée Cristalline, et qu’il faut attendre une heure que l’emplâtre à base de Serge et de Marie-Bernard agisse parce parfois seul le temps apaise les blessures. Vous penseriez que je suis allé voir une pièce pour enfants, et vous cesseriez de lire. Ben c’est pas ça, alors je reprends.

Le mec est dingue. Le mec, c’est Fred Tousch, celui qui apparaît au son d’une musique disco dans un costume de princesse plus ou moins bien foutu, et une baguette magique.

Son spectacle est improbable, inclassable, et inracontable. Avec une voix, un débit et des tics verbaux que ne renieraient pas l’animateur désabusé d’un séminaire de motivation, il crée un univers. Non. Il ne le crée pas, il va le chercher. Là où certains vont chercher l’âme de l’enfant qui reste au fond de nous, lui va carrément chercher l’enfant, et la bonne nouvelle, c’est qu’il le trouve. La salle l’en a remercié de plusieurs rappels mérités.

C’était une salle d’adultes, elle réagissait comme une salle d’enfants, des enfants qui se laissaient emporter. Pour nous, dans nos têtes, il a créé des images, des images qu’il faut vivre, qui ne se racontent pas. Fait preuve d’une logique implacable. Vous les raconter serait vous priver de l’effet de surprise, je n’ai pas envie de les raconter, j’ai envie de les partager. Comme un enfant qui sort du spectacle, et qui dit à son copain « tu te souviens, quand il fait la biche avec… ».

Le mec est dingue, son spectacle est fou, il faut soutenir les dingues, encourager la folie. Si la vie vous a doté d’un manche à balai mal placé… essayez quand même, vous n’êtes pas à l’abri de trouver la guérison. Pour tous les autres, allez-y, ça fait tellement de bien de voir qu’on n’a rien perdu de ses six ans.

N’oubliez pas… le ridicule ne tue pas… et rien n’est impossible quand on fait rire les fées.

Vous avez lu jusqu’au bout ? Vous y êtes allé ? On va boire une bière en se racontant le spectacle ? Parce que moi, je me souviens de… et de… et de … et que ça serait cool de le partager.

Au théâtre de Belleville jusqu’au 29/12/19
Du mercredi au samedi : 19h15 / dimanche 15h00

De et par : Fred Tousch

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s