Sara Baras – Théâtre des Champs Elysées

2017, année impaire, Sara Baras commence l’année à Paris, et le 03/01 je la commence avec elle, on a notre tradition maintenant. Elle est revenue avec Voces, le spectacle d’il y a 2 ans, amélioré, transcendé.

J’avais trouvé que Voces était un peu trop cérébral, un peu trop léché/beau, Sara Baras a convoqué les muses, qui ont compris en 15 secondes que toute résistance serait futile, et le spectacle a basculé du côté de la sensualité torride.

C’est pour ça que j’aime le Flamenco, et les spectacles de Sara Baras, c’est le sommet de cet art de la séduction, la face sévère, avant toute chose montre-moi que tu es digne de moi, que ta force égale la mienne, que je ne t’écraserai pas, et si tel est le cas, alors aime moi jusqu’au bout de la nuit, puisse cette nuit durer une vie, allons au bout de nos corps, allons au bout de la sensualité.

Dans Voces Sara Baras a convoqué les grands maitres (qui ont compris en 15 secondes que toute résistance serait futile), elle livre ses sensations, ses inspirations. Elle transcende, elle danse. Carmen ? en un tableau. Tim Ries au saxophone ? C’est parti pour quelques citations, détours, vers le monde des caveaux de Jazz, vers les tangos équivoques, 15 secondes, woaow, toute résistance etc…

Morceau de bravoure, Sara Baras en costume d’homme, seule dans le pinceau blanc de la poursuite, qui danse, et danse, pour nous. C’est beau, c’est sensuel, outrageusement sensuel, et quand la salle est digne d’elle, Sara Baras communie avec le public, oserai-je dire qu’elle seule sait faire l’amour avec une salle de 2.000 personnes sans que personne n’y trouve à redire ?

Le théâtre frémit, il n’est pas habitué aux applaudissements durant les morceaux, aux standing ovations entre les tableaux, mais au fond il aime ça, le théâtre, ça le change de la bonne éducation de son public habituel.

Bien sûr les robes tournent, virevoltent. Bien sûr la troupe danse, chante. Bien sûr ils s’amusent. Du coup le spectacle dure près de deux heures, quelle santé, et pourtant quand le rideau est finalement tombé, j’en aurais voulu encore.

Un mot sur la lumière, partie intégrante du spectacle, qui la suit au millimètre et à la milliseconde, quand on est loin, la pénombre est un peu forte (mais j’ai vraiment pris l’habitude du premier rang). C’était juste pour trouver un petit truc pour démontrer mon impartialité.

Quand Sara Baras est à Paris le 3 janvier, je ne tente même pas la futilité d’une résistance de 15 secondes, elle est sur scène, je suis heureux.

See you le 03/01/19, Sara. Hasta Luego.

Le site du théâtre

Le site de la compagnie Sara Baras

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s