Fin de partie – Théâtre de l’Atelier

Fin de Partie à l’Atelier : Jacques Osinski propose une belle vision d’une des meilleures pièces du théâtre de l’absurde. Denis Lavant et Frédéric Leidgens, tous deux excellents, savent souligner l’humour sous-jacent à ce texte post apocalyptique. A ne pas rater.

Le rideau métallique est baissé, sa couleur rouille déjà dans l’ambiance. Il se lève, dans un grondement. Trois murs gris vert, deux fenêtres, une porte. Deux fûts, en fond de scène. Au centre de la scène, un fauteuil, couvert d’un drap. Voilà Clov, un escabeau, une débauche de mouvements inutiles, il ouvre les rideaux. Découvre le fauteuil. Hamm est là. Fini. C’est fini. Ça va finir. Ça va peut-être finir. A moi de jouer.

Écrite en pleine guerre froide, Fin de Partie se déroule dans un monde post apocalyptique, il n’y a plus de vie. Hamm, aveugle et paraplégique règne sur Clov, son serviteur esclave handicapé, sur ses parents, amputés des jambes et posés dans des fûts. Hamm parle, joue avec les hommes, avec les mots, jusqu’à la fin de la journée. Dans une absurde répétition sans fin, il cherche un sens à son existence. Les personnages se décomposent, mentalement, physiquement, dans un monde où la vie s’est effondrée. Jusqu’à la fin de la journée, si la fin est le commencement, est-ce qu’elle continue ?

J’ai un rapport particulier avec Fin de Partie. A chaque représentation, je vois un vieux flipper au monnayeur cassé, dans un bar déjà suranné en 1975, une lumière faible, jaune. Nell et Nagg sont les cibles, Hamm le champignon central, Clov la bille qu’on peut jouer et rejouer, same player shoot again, jusqu’à ce que l’ampoule claque.

La mise en scène de Jacques Osinski donne à Denis Lavant, Clov hypnotique et à Frédéric Leidgens, Hamm glaçant, le temps d’installer le sentiment du temps qui passe, de sentir l’absurdité de la recherche du sens de l’existence dans un monde qui s’est effondré. La salle suit, se laisse emporter, sait prendre la distance nécessaire, apprécier l’humour qui sourd derrière l’absurde.

Fin de partie est une des meilleures pièces du théâtre de l’absurde. Jacques Osinski emmène Denis Lavant et Frédéric Leidgens dans une interprétation de grande qualité.

Si vous n’avez jamais vu Fin de Partie, c’est une belle occasion de découvrir le texte post apocalyptique de Samuel Beckett, de le confronter à la dégradation d’un monde en crises sociales, sanitaires, climatiques, géo-politiques… Si vous connaissez le texte, vous savourerez le jeu de Hamm et Clov, vous apprécierez la façon dont Jacques Osinski offre à Denis Lavant et Frédéric Leidgens la possibilité de donner du rythme à un temps qui ne passe pas.

Au Théâtre de l’Atelier jusqu’au 5 mars 2023
Dimanche 18h00 – lundi 19h30 – mardi 21h30

Texte : Samuel Beckett
Avec : Denis Lavant, Frédéric Leidgens, Claudine Delvaux, Peter Bonke
Mise en scène : Jacques Osinski

Une réflexion sur “Fin de partie – Théâtre de l’Atelier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.