Psychanalyse Théâtrale

Au delà de l’introspection de l’apprenti comédien, Clément Julia (auteur et metteur en scène) donne à Clément Julia (interprète et personnage) l’occasion de s’interroger sur quelques grandes questions, en séduisant au passage sa psychologue, pour un spectacle perfectible mais agréable à découvrir.

PsychT

Une table, un jeune homme, une jeune femme. Le jeune homme est décontracté, la jeune femme est vêtue comme la secrétaire sévère mais sexy d’un fantasme masculin.

Une sonnerie. Elle surgit du fond de la salle, monte sur scène, avec son manteau de fourure noir, sa perruque de nylon noir. « Il me faut public ». Elle, c’est La Grande Créatrice de l’univers, un personnage ambigu qui nous invite à prendre du recul, à regarder au fond de nous, à chercher ce quelque chose qui nous échappe. Fait de nous les témoins de la psychanalyse théâtrale à venir. Et frappe les trois coups de ses talons.

Clément Julia va se chercher devant nous en subissant les interventions de La Grande Créatrice. Il va explorer quelques névroses, quelques grandes questions philosophiques, séduire sa psychologue… et finir par prendre le micro, après plusieurs épisodes gaguesques, pendant lesquels le temps s’arrête, se remonte.

Un spectacle multidisciplinaire, joué, chanté, dansé, osé, qui m’a fait passer un bon moment.

L’introspection du futur comédien, le thème est un peu rebattu. Clément Julia arrive à y apporter une certaine originalité, et c’est déjà bien. Il trouve un espace quelque part entre le spectacle élitiste pour amateur blasé, et le café théâtre. Il arrive à assembler dans son texte de la psychologie de bazar et des citations de Baudelaire, Hugo, Pascal, ça donne des moments rythmés et des passages grandiloquents. Ca pourrait tourner à la prise de tête, ça marche plutôt bien, grâce au personnage de la Grande Créatrice.

Je me suis demandé une ou deux fois où ça allait, un claquement de doigts, et ça se remettait en place. Le texte a quelques imperfections, quelques passages un peu pompeux, deux ou trois moments où l’intention était bien jouée, n’avait pas besoin d’être dite pour être comprise. J’ai apprécié les séquences dansées, et les passages où les corps étaient chorégraphiés. L’alternance entre les moments où ils se prenaient au sérieux et ceux où ils riaient ensemble.

A 23 ans, Clément Julia écrit son premier spectacle… Clément Julia écrit, met en scène, joue en se donnant le rôle principal dans un spectacle dont le personnage central s’appelle Clément Julia. Si un bon acteur est narcissique, égocentrique et mégalomane, il a un sacré avenir devant lui. En arrivant à se moquer de son propre travers.

A l’arrivée un spectacle bizarre, qui vaut le coup d’être découvert, qui trouve sa place et permet de passer un bon moment.

Au Laurette Théâtre jusqu’au 24 avril 2019
Mercredi – 19h45

Texte : Clément Julia
Avec : Clément Julia, Pierre Georges, Cédrine Chevalier
Mise en scène : Clément Julia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s